Le chat et la mouche

Une mouche entre par la fenêtre. Le chat dort. Il ouvre un œil. La mouche tourne dans la pièce et se cogne contre les murs. Comme le chat est paresseux, il reste d’abord sans bouger. Il se contente de suivre les mouvements de la mouche de son œil ouvert. Il garde l’autre œil fermé. Mais le chat est aussi un animal très curieux et tout ce qui remue l’énerve ou l’excite. Finalement, il lève la tête. La mouche tourne dans tous les sens car elle ne trouve pas la sortie. Elle se cogne contre les murs, elle passe juste sous le nez du chat. Évidemment, pour le chat, c’est comme une provocation. Lorsque la mouche lui passe une deuxième fois sous le nez, il lance la patte en avant pour l’attraper. Raté. Et voilà qu’elle lui repasse encore une fois sous le nez. Alors, là, le chat n’en peut plus. Il saute de la troisième étagère de la bibliothèque où il faisait la sieste. Il se met à courir après la mouche à travers l’appartement. La mouche s’est posée sur la vitre d’une fenêtre fermée. Le chat saute sur le rebord de la fenêtre et pose vivement mais délicatement la patte sur la mouche. Puis il soulève légèrement la patte pour voir si la mouche est bien là, et comment elle va, peut-être. La mouche s’échappe aussitôt, mais le chat la rattrape. Il ne veut pas la tuer, mais il ne veut pas non plus qu’elle s’échappe une nouvelle fois. Il la prend dans sa gueule. Il redescend de la fenêtre et se dirige rapidement vers la cuisine. Pourquoi dans la cuisine ? Il y a un espace vide sous le réfrigérateur, et le chat aime s’y cacher en se glissant par derrière. Peut-être qu’il fait chaud là-dessous et personne ne l’y dérange. Donc, avec la mouche dans la gueule, il disparaît derrière les meubles de cuisine. Il ressort presque aussitôt et se couche devant le réfrigérateur. On entend le bourdonnement de la mouche et le chat, la tête complètement aplatie sur le parquet, regarde, par les deux ou trois centimètres sous la porte, ce qui se passe sous le réfrigérateur. Je suppose que, prisonnière sous le réfrigérateur, la mouche doit voir la lumière par cette bande de deux ou trois centimètres et, peut-être les deux yeux du chat qui l’observe. Soudain, le chat, toujours allongé, lance brusquement la patte sous la porte et même se roule sur le dos pour pouvoir l’y glisser complètement. Mais il ne voit rien et cherche à attraper la mouche en aveugle. Je me demande pourquoi il aime tellement ce jeu, parce que je ne l’ai encore jamais vu réussir à attraper une mouche de cette façon. Au bout d’un moment, il retourne sous les meubles de cuisines et ressort avec sa proie dans la gueule. Il relâche la mouche pour qu’elle fasse un peu d’exercice. Celle-ci commence à être un peu fatiguée et c’est de plus en plus facile pour le chat de la rattraper. Bientôt, elle ne peut même plus voler. Le chat la regarde marcher. Il joue encore un peu avec elle. Quand elle est vraiment trop fatiguée, il la prend encore une fois dans sa bouche, il la croque un petit peu, et il l’avale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *